Le numéro « anti-relou » désactivé à cause du forum jeuxvideos.com

« Bonjour, si vous lisez ce message, c’est que vous avez mis une femme mal à l’aise. Avec vous, elle ne s’est pas sentie en sécurité. Ce n’est pas très compliqué : si une femme vous dit “non”, inutile d’insister. Apprenez à respecter la liberté des femmes et leurs décisions. Merci. » Voilà le sms que pouvais recevoir les « relous », » dragueurs » qui harcèlent les femmes dans la rue pour obtenir leur numéro.

Ce sont les militants féministes français Clara Gonzales et Elliot Lepers qui ont crée un numéro de téléphone spécial « anti-relou »le 27 octobre dernier.

Le harcèlement de rue est devenu tellement commun que toutes les femmes le subissent et acceptent sachant qu’elles sont ni les premières ni les dernières. Ces hommes relous, qui peuvent être en fait de véritables harceleurs mettent les femmes mal à l’aise en les forçant à leur donner leur numéro. Pour contrer cette mauvaise expérience, ces deux militants ont créé ce numéro à donner à l’harceleur en question, qui recevra quelques minutes plus tard un sms leur rappelant le respect des femmes.

C’est une jolie initiative contre le harcèlement sexuel qui a été détruite par la communauté de jeuxvideos.com. Ces jeunes faisant partie du forum bla-bla 18-25 ans de jeuxvideos.com n’en sont pas à leur première attaque. Racistes, anti-féministes et surtout misogynes, cette communauté qui tend vers l’extrême droite c’est déjà réuni dans le passé pour saboter des articles de féministes.

Trois jours après sa sortie, le numéro s’est vu dans l’obligation d’être désactivé car il a subit une véritable campagne d’hostilité de la part des joueurs de ce fameux forum. Ils se sont rassemblés et, ensemble ont coordonnée une ciberattaque contre ce service.

Clara Gonzales et Elliot Lepers ont reçu plus de 30 000 messages d’insultes, menaces de mort, incitation à la haine que ce soit sur leur plateforme ou sur les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook. L’objectif était clair: causer un préjudice financier pour que le numéro soit désactivé rapidement (chaque texto coûte aux créateurs 0,16€).

Mais cette affaire va plus loin encore, un homme a réussi à se procurer les adresses personnelles des créateurs du numéro pour venir les harceler à leur porte. Mais aussi plusieurs dizaines de commandes de nourritures ont été effectuées avec leur nom et numéro pour être livrées à leur domicile respectif.

Clara Gonzales et Elliot Lepers ont déclarés: « À ce jour, ni Twitter, interpellé à propos de menaces de mort, ni Webedia, société éditrice du site jeuxvideo.com sur lequel les délinquants se sont coordonnés, n’ont réagi. Leur silence a trop duré, alors que nombre de militantes ont subi des attaques similaires ces dernières années, en France et dans le monde. « Il ne s’agit de rien d’autre qu’une police politique de la pensée qui utilise l’intimidation, l’incitation à la haine et la violence pour réduire les féministes au silence ».

Les deux militants ont annoncé qu’ils prendraient rapidement un avocat dans le but d’attaquer en justice leur détracteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :