Maroc

Viol : un an de prison ferme pour le député Hassan Arif

Après quatre ans de procédure, la justice marocaine a enfin rendu son verdict en condamnant le député Hassan Arif à un an de prison ferme pour viol.

C’est en 2010 que cette sordide affaire a débuté, lorsqu’une fonctionnaire du ministère des Habous, Malika Slimani, a porté plainte pour viol contre Hassan Arif.

A l’issue d’un premier jugement, l’ancien président de la commune d’Aïn Harrouda et député du parti de l’Union Constitutionnelle au Parlement a été condamné à un an de prison pour viol.

Coup de théâtre en janvier 2013 lorsque la Cour d’appel de Rabat a annulé le jugement en acquittant le parlementaire. Fait particulièrement risible au sujet de la justice marocaine, la plaignante a été placée en détention provisoire pour outrage à magistrat.

Nouveau rebondissement en juillet 2014 avec l’invalidation du second jugement par la cour suprême. Cette décision a réouvert le dossier.

Entre temps, les tests ADN ordonnés par la justice ont révélé que l’accusé est bel et bien le père du bébé né suite au viol de Malika Slimani. Le dossier s’est aussi trouvé enrichi de la preuve écrite de 284 communications téléphoniques passées entre le député et sa victime.

Finalement, après de longues années, c’est le 6 octobre qu’un nouveau procès débouche sur une condamnation d’Hassan Arif à un an de prison ferme et au versement d’un dédommagement de 150 000 dirhams à sa victime.
Si cette décision est une victoire pour la jeune femme, elle n’effacera pourtant pas les accusations d’affabulation et de mœurs légères proférées par les magistrats durant cette longue procédure.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaires

To Top