High-Tech

Le créateur de PopCorn Time sort de l’anonymat

Federico Abad

PopCorn Time est une application qui donne des sueurs froides à Hollywood et qui fait trembler Netflix. Sa création restait un mystère jusqu’à ce que Federico Abad révèle qu’il en a été le créateur.

Depuis quelques mois, l’application PopCorn Time donne des sueurs froides à Hollywood en permettant à ses utilisateurs de visionner un immense catalogue de films piratés. Dans un courrier à ses investisseurs, Netflix qualifie l’appli de principal concurrent.

En fait, depuis son apparition, PopCorn Time a déjà été téléchargé plus de 4 millions de fois, dont 500 000 fois rien qu’en France.

Les créateurs de PopCorn Time sont toujours restés très mystérieux. On sait juste que après son lancement, le site a fermé avant de réapparaitre, mais en proposant le code de l’appli en open source, pour être repris par la communauté.

C’est un journal norvégien qui nous révèle tous les mystères de cette histoire.
C’est Federico Abad, un Argentin de 29 ans, qui a eu l’idée de l’application en raison de la frustration que les films américains mettent des semaines à sortir en Argentine et des mauvaises connexions internet.

Via Twitter et Facebook, il recrute les spécialistes qui vont l’aider à mettre au point Popcorn Time. C’est en février 2014 que l’appli est lancée avec un démarrage fulgurant : des centaines de milliers de téléchargements en quelques jours.

Effrayé par l’ampleur du phénomène, l’équipe explose, laissant Federico Abad seul aux commandes.
Il raconte : « Nous recevions beaucoup de propositions louches. Certains nous proposaient 10 000 dollars par semaine pour qu’on les laisse installer des logiciels espions à travers PopCorn Time ».

Il explique qu’il estime qu’il aurait pu se faire faire 100 millions de dollars à cette époque.
Mais en mars 2014, il découvre qu’un avocat qui travaille aux services juridiques du producteur Warner Bros a consulté son profil LinkedIn. Comment les studios les ont retrouvés ? Cela reste toujours un mystère, encore aujourd’hui.

Pour éviter un procès, voir la prison, Federico Abad préfère tout abandonner. Mais au lieu de saborder définitivement son projet, il préfère passer le code en open source, ce qui va voir éclore de nouvelles versions. Mais lui, n’a plus rien à voir avec tout cela.

Maintenant qu’il est sorti de l’anonymat, Federico Abad assure que cette aventure ne lui a rien rapporté financièrement.

A son père qui le déplore, il répond : « J’aurais surtout pu finir en prison ! ».

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaires

To Top