France

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes : la France veut évoluer

Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche profite de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes pour réaffirmer sa mobilisation en présentant de nouvelles initiatives.

Le 25 novembre est la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, une date qu’a choisi le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche pour réaffirme sa mobilisation dans ce domaine. A cette occasion, le ministère a présenté ses nouvelles initiatives pour lutter contre les comportements sexistes et les violences sexistes et sexuelles.

Lutter contre les violences faites aux femmes par la recherche

Pour lutter contre les violences faites aux femmes, le ministère s’appuie sur des chiffres afin de prendre des mesures concrètes. C’est pour cette raison que la recherche est un pilier de son initiative, des statistiques sur les violences en milieu scolaire qui permettent de mieux mesurer et comprendre les phénomènes et les spécificités des violences subies.
La recherche concerne aussi les problématiques actuelles, comme le sexisme sur les réseaux sociaux (cybersexisme), les violences sexistes et sexuelles, les violences conjugales, le harcèlement sexiste et sexuel au travail ou dans les espaces publics, les situations d’inceste ou de maltraitance parentale, les situations de bizutage ou de harcèlement sexuel dans le cadre des études, etc…

Des personnes mobilisées sur le terrain

Le ministère n’agit pas seulement dans ses bureaux, mais aussi sur le terrain. Pour cela, il compte sur le personnel des établissements scolaires, les professionnels sociaux et de santé de l’Éducation nationale.

A leur intention, des outils pédagogiques sont mis à disposition, par exemple le guide « Comportements sexistes et violences sexuelles : prévenir, repérer, agir », ou le numéro vert « 119 allô enfance en danger ». Un kit « Tom et Léna » abordant la problématique de l’impact sur les enfants des violences conjugales est aussi disponible.

A cela, il faut ajouter la 3ème édition du concours « Non au Harcèlement » qui permet aux élèves de s’exprimer sur le harcèlement au travers de la création d’une affiche ou d’une vidéo.

Agir à l’école pour agir durablement

Au final, le but du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est d’agir à l’école pour que l’égalité filles-garçon soit inculquée le plus tôt possible afin qu’elle puisse agir durablement par la suite.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaires

To Top