Buzz

Charlie Hebdo : les propos du rappeur Booba créent la polémique

« Ai-je une gueule à m’appeler Charlie ? Réponds-moi franchement. T’as mal parlé, tu t’es fait plomber. C’est ça la rue, c’est ça les tranchées », chante Booba, un texte qui fait polémique.

En pleine promo de son septième opus solo intitulé « D.U.C. », le rappeur Booba a été interrogé sur « Les Meilleurs », une chanson où il explique comprendre le bain de sang : « Ai-je une gueule à m’appeler Charlie ? Réponds-moi franchement. T’as mal parlé, tu t’es fait plomber. C’est ça la rue, c’est ça les tranchées ».

Interrogé sur ce passage, le rappeur explique que le fond de sa pensée est plutôt nuancé : « J’étais étonné que ça ne soit pas passé avant, parce que ce n’est pas la première fois qu’ils avaient fait des représentations du prophète ». « Quand j’ai vu ça, je me suis dit : Ah, ça va peut-être pas leur plaire. Mais après que dire ? Moi je ne suis que spectateur », ajoute-t-il en précisant qu’il comprend aussi bien les « Je suis Charlie » que les « Je ne suis pas Charlie ». « Ils savent à qui ils ont à faire les mecs. Ils s’attaquent à l’islam, ils savent très bien qu’il y a un courant extrémiste, ils savent très bien comment les mecs fonctionnent, ils ont pris le risque de continuer à les attaquer, quand on joue avec le feu on se brûle ». Booba ajoute : « Il y a une différence entre la liberté d’expression et l’insulte. Tu peux me critiquer, critiquer mon disque. Mais si tu me dis T’es qu’une merde, attends-toi à te prendre une tarte ».

Patrick Pelloux, chroniqueur de l’hebdo satirique, a répondu à Sud Radio : « Je n’ai pas envie de répondre à ce monsieur ». Il enchaine tout de même en déclarant : « Il ferait mieux de chercher l’intelligence plutôt que de chercher à justifier les terroristes et de se mettre du côté de ceux qui ont tué des femmes, des enfants, des dessinateurs, des journalistes, des ouvriers, des musulmans, des juifs » ». « Les jeunes sont beaucoup plus intelligents que lui, et à mon avis ils feraient mieux d’écouter autre chose ». Il laisse par ailleurs sous-entendre d’éventuelles poursuites pour apologie du terrorisme : « Je n’avais pas pensé à ça, mais c’est vrai que c’est possible. C’est à la justice de décider, mais oui c’est possible ».

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaires

To Top