Maroc

Ali Aarrass : l’administration des prisons dément les accusations de torture

Ali Aarrass

Le belgo-marocain Ali Aarrass a fait diffuser une vidéo de lui montrant qu’il avait été victime d’actes de torture. L’administration des prisons s’est empressée de démentir ces accusations.
C’est pour des actes de terrorisme que le belgo-marocain Ali Aarrass a été condamné à purger une peine de 12 ans d’emprisonnement.

Le site belge Dhnet.be vient de mettre en ligne une vidéo tournée en 2012 montrant Ali Aarrass qui a du mal à se lever, mais surtout avec des traces de contusions sur tout le corps. Le message est clair : il a été victime d’actes de torture dans les prisons marocaines.

En réponse à cette accusation, la Délégation Générale à l’Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR), par voie de communiqué, a rapidement réagi en démentant catégoriquement ces assertions.

« L’enregistrement en question, d’après son contenu même, trahit la mauvaise foi de ce détenu et son intention de se donner à voir en victime de torture, de tromper ainsi l’opinion publique et de nuire à l’image de la DGAPR, alors qu’en réalité il bénéficie des mêmes droits que les autres détenus, et ne fait l’objet d’aucun mauvais traitement », a souligné l’administration des prisons.

Le communiquer précise également : « La grève de la faim qu’il prétend observer est tout juste simulée afin d’exercer une pression sur l’administration du pénitencier et l’amener ainsi à fermer l’œil sur les objets interdits dont il voudrait disposer et user ».

« La DGAPR condamne fermement cette odieuse tromperie, appelle l’opinion publique à en prendre acte, réitère sa volonté de faire respecter la législation et la réglementation pénitentiaire en vigueur et déclare se réserver son droit plein et entier de le mettre en cause en justice », précise encore le communiqué.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaires

To Top